janvier 20, 2021
Formations des jeunes

Formations : quelles sont les différences entre une formation qualifiante et une formation diplômante ?

De nombreuses formations existent aujourd’hui et permettent d’acquérir de nombreux savoirs. Avant de débuter une formation, il est cependant vivement conseillé de s’interroger sur les différences formations existantes. S’orienter vers le bon type de formation est l’étape incontournable pour atteindre ses objectifs professionnels. Il existe deux types de formations : la formation qualifiante et la formation diplômante.

La formation qualifiante

La formation qualifiante peut se faire en quelques jours ou sur une durée de plusieurs mois. A l’issue de cette formation, une attestation de stage ou un certificat d’aptitude seront délivrés. L’avantage majeur d’une formation qualifiante est de permettre aux candidats d’être opérationnel très rapidement. Ce type de formation est disponible sous formes de modules variés et flexibles. Les cours peuvent être dispensés le soir, pendant la saison estivale ou durant le week-end. Modulable selon les disponibilités, une formation qualifiante peut être la solution idéale. Ces cours sont parfois dispensés en interne ou par le biais des organismes particuliers.

Cette option permet d’accroître les compétences dans un domaine précis ou de faire une mise à jour sur les derniers outils du monde professionnel. Son objectif principal est de permettre aux bénéficiaires de la formation d’être polyvalent face aux outils numériques. Elle peut aussi bien être dispensée pour les salariés que pour les indépendants. Les nouvelles compétences acquises grâce à ce type de formation permettront de valoriser sa place sur le marché du travail en ajoutant des compétences au CV.

Elle permettra aux bénéficiaires de mieux se positionner sur certains postes de travail ciblés. Pour soutenir ce projet, des aides financières peuvent être octroyées dans le cadre d’un plan de formation, via le Compte Personnel de formation (CPF), l’aide individuelle à la formation pour les demandeurs d’emploi, et bien d’autres encore.

La formation diplômante

La formation, quant à elle, permet d’obtenir un diplôme de qualification spécifique dans un domaine professionnel à son issue. Reconnu dans toute la France par l’intermédiaire de la firme professionnelle qui l’a créé, le diplôme ou le certificat de qualification personnelle est lié à un métier. Ce type de formation est régie par les normes ISO ou AFNOR. La valeur de ces formations diplômantes est ainsi garantie.

Ouvertes à tous, la formation diplômante est proposée au sein des écoles, des universités ou dans les centres spécialisés. Du CAP au Master, toutes ces formations permettent d’obtenir un diplôme d’Etat à la fin des années d’études. A titre informatif, ces types de diplômes sont répartis selon deux critères qui sont les suivants : le nombre d’années d’études ainsi que le niveau.

Le statut des diplômes

Le statut des diplômes, qui existent actuellement, est certifié par la qualité pédagogique de l’éducation assurée par les établissements. Les écoles ou les universités, comme les BTS, les DUT, les Licences, les Masters et les Bacs +3 à +5, ont toutes pour ambition d’être reconnues. Pour qu’un diplôme soit reconnu, il doit nécessairement être inscrit ou enregistré.

Pour être reconnu, les formations doivent être évaluées avant pour s’inscrire au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). La Licence, le Master ou le Titre d’ingénieur sont, quant à eux, habilités par le Ministère de l’Éducation nationale. D’autres diplômes, tels que le diplôme d’architecte d’intérieur ou de journaliste, peuvent être agréés pour leur qualité par différents organismes et associations professionnels.

En règle générale, la différence qui subsiste entre une formation qualifiante et une formation diplômante est notable. Même si elles ont l’intention de former comme déterminant commun, ces deux types de formation se distinguent largement. Tandis que la formation qualifiante permet de disposer de compétences temporaires, la formation diplômante vise, quant à elle, l’obtention d’un diplôme d’Etat.

En temps de crise, est-il préférable de continuer les études ?

Au vu des circonstances actuelles liées à la propagation de l’épidémie de Coronavirus, de nombreux étudiants ayant obtenu leur diplôme préfèrent plutôt de rester sur les bancs de l’université, que de se lancer sur le marché du travail. Il s’agit d’un constat assez alarmant qui vient d’être mis en lumière. La crise sanitaire, n’étant pas favorable à l’obtention d’un CDI, démotiverait et ralentirait les jeunes diplômés à décrocher un premier emploi.

Avec un taux de chômage à la hausse et les offres d’emplois qui se raréfient, les mois à venir risquent d’être difficiles pour les jeunes à la recherche d’un emploi. Les nouveaux arrivants ont de quoi s’inquiéter. Il y a donc une hésitation grandissante et palpable chez les jeunes diplômés, qui redoutent de quitter le système pédagogique.

D’après les données recueillies par un sondage mené récemment par l’Institut français d’opinion publique (IFOP), près de 43 % d’un échantillon de 250 lycéens et de 752 étudiants affirment ne pas être sereins envers leur avenir professionnel. D’autant plus que la fin d’année a été pas mal bouleversée pour un grand nombre d’étudiants. Certains ont d’ailleurs vu leur séjour à l’étranger ou leur stage de fin d’année reportés à cause de la crise sanitaire du Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *