janvier 20, 2021
Mémoire

Mémoire : quels sont les meilleurs exercices de mémorisation pour l’entretenir ?

La mémoire est comme un muscle. Plus on l’entraîne, plus la mémorisation des informations sera optimisée. Comme vous le savez sans doute déjà, la mémoire est un outil fabuleux qui permet de retenir les choses. Aussi fascinant que puisse être le corps humain, le fonctionnement de la mémoire est tout aussi époustouflant.

Trois exercices de mémorisation à connaître

Différents exercices faciles à appliquer existent pour optimiser la capacité de mémorisation. Ils peuvent se faire n’importe où et n’importe quand. Il ne faut donc surtout pas à hésiter à entraîner votre mémoire, si vous vous apercevez qu’elle vous joue des tours.

Se remémorer des souvenirs

Cet exercice a pour objectif de repenser à des souvenirs récents. Fermez les yeux, et remémorez-vous ce que vous faisiez il y a une heure. Posez-vous plusieurs questions, comme par exemple :

  • Que faisiez-vous ?
  • Avec qui étiez-vous ?
  • Comment cette personne était habillée ?
  • Que faisiez-vous ?

Une fois que vous avez les réponses à ces interrogations, repensez à votre dernier repas et visualisez votre assiette. Pour remonter encore plus loin dans les souvenirs, repensez à ce que vous avez fait la veille au soir. Essayez de nous souvenir des visages que vous avez potentiellement croisés dans la rue. Remonter dans le temps est un excellent exercice pour faire travailler sa mémoire. Cela permet d’une part de se souvenir des informations, et de l’autre, de stimuler la mémoire.

Retenir une liste de courses

Cela s’est sûrement déjà produit au moins une fois dans votre vie. A peine rentrer des courses, vous vous apercevez que vous avez oublié d’acheter un ingrédient. Le deuxième exercice consiste à entraîner la mémoire avec une liste de courses. Elle représente un très bon moyen pour l’optimiser. Pour mieux retenir une liste de courses, sollicitez votre imagination. Pour chaque ingrédient figurant sur la liste, visualisez dans votre tête un objet. Essayez de retenir le plus d’objets que possible.

C’est une manière stimulante et originale pour se souvenir d’une liste de course. Pour aller encore plus loin, constituez un scénario à mesure que vous visualisez les objets associés à la liste de course. En pensant au premier objet, il sera ainsi plus facile de se rappeler des autres. Chaque produit de la liste devrait être retrouvé plus facilement.

La technique de la visualisation

La technique de visualisation est un bon moyen pour solliciter la mémoire. Voici les étapes à suivre :

  • En premier lieu, débarrassez votre table.
  • Posez 4 ou 5 objets de petites tailles et regardez-les attentivement.
    Fermez les yeux, et imaginez la table et les objets. Sans ouvrir les yeux, supprimez mentalement un de ces objets posés sur la table. Pour réussir, l’exercice, l’image doit être réaliste.

Poursuivez l’exercice en retirant un autre objet jusqu’à ce que la table dépourvue d’objets. Vous pouvez rendre l’exercice encore plus difficile en rajoutant mentalement de nouveaux objets sur la table. Cette technique de visualisation a pour objectif d’améliorer les capacités de la mémoire visuelle, mais aussi, de concentration.

Comment fonctionne la mémoire ?

La mémoire est une fonction vitale pour l’être humain. Elle permet d’intégrer, de conserver, mais aussi de restituer les informations pour interagir avec le monde que nous entoure. La mémoire a le pouvoir de conserver les connaissances et les souvenirs. Plus encore, son rôle ne se limite pas à rassembler des informations et la conserver. Elle est la base de l’identité de chaque personne. Elle joue un rôle essentiel dans la réflexion et contribue à la projection de chaque individu dans le futur.

Les scientifiques ont identifié cinq systèmes interconnectés qui composent la mémoire. Chacun de ces systèmes impliquent des réseaux neuronaux différents :

  • La mémoire de travail, qui est définie à court terme, est l’élément principal du réseau.
  • La mémoire sémantique et la mémoire épisodique représentent deux systèmes de représentation consciente à long terme.
  • La mémoire procédurale est à l’origine des automatismes inconscients.
  • La mémoire perceptive est, quant à elle, liée aux modalités sensorielles.

Les mémoires, à l’exception de celle de travail, sont généralement désignées sous le terme générique de mémoire à long terme. Les mémoires explicites qui sont sous formes épisodiques et sémantiques, se distinguent des mémoires implicites, qui sont procédurales et perceptives. Nous allons donc aborder en détails les différentes mémoires présentes dans la machine extraordinaire qu’est l’être humain.

La mémoire de travail

La mémoire de travail, souvent appelée mémoire à court terme, désigne la mémoire du présent. Son rôle majeur est de retenir des informations lorsqu’une personne est en train de s’adonner à une activité ou de réaliser une tâche. Sollicitée au quotidien, la mémoire de travail permet, par exemple, de retenir un numéro de téléphone. Plus encore, elle permet de se souvenir du début d’une discussion le temps de la mener à bout.

Son fonctionnement est similaire à celle d’une mémoire tampon. Autrement dit, les informations véhiculées peuvent être rapidement supprimées, ou conservées dans la mémoire à long terme. Son rôle est assuré par l’intermédiaire d’interactions qui sont échangées entre le système de mémoire de travail et la mémoire à long terme.

La mémoire sémantique

La mémoire sémantique regroupe celle liée au langage et aux connaissances sur le monde qui nous entoure et sur soi. Ce type de mémoire évolue tout au long d’une vie. Elle est vouée à se réorganiser et à se construire au fil des années. Elle englobe l’apprentissage et la mémorisation des savoirs génériques tels que le sens des mots ou des objets. Les concepts individuels, qui concernent le savoir sur les lieux ou les personnes, en font partie.

La mémoire épisodique

La mémoire épisodique est liée aux moments vécus dans une vie. Elle a pour rôle de nous situer dans l’espace et dans le temps. Elle contribue notamment à la projection dans un futur plus ou moins proche. Lorsqu’une personne raconte un souvenir récent ou se projette dans le futur, les circuits cérébraux sollicités sont ceux de la mémoire épisodique.

Généralement, elle se construit dès l’enfance, entre trois et cinq ans. Imbriquée avec la mémoire sémantique, elle permet de conserver les détails précis des souvenirs d’un premier temps. Au fil du temps, la mémoire épisodique permet de tirer des connaissances des souvenirs et se transforme progressivement en connaissances générales.

La mémoire procédurale

La mémoire procédurale englobe la mémoire des automatismes. Elle est indispensable pour effectuer les gestes du quotidien tels que marcher, conduire, faire du vélo ou apprendre à jouer d’un instrument de musique. Plus encore, son rôle est de se souvenir des choses apprises pour ne plus les réapprendre. Ce type de mémoire est très sollicitée par les sportifs et les artistes. Ce processus, effectué inconsciemment, permet d’acquérir de nouveaux savoirs et d’atteindre l’excellence dans un domaine.

La mémoire perceptive

Dans la grande majorité des cas, la mémoire perceptive s’appuie sur les sens d’une personne. Elle permet de garder à l’esprit des images ou des bruits sans s’en rendre compte. Son rôle a pour fonction principale de garder en mémoire les visages, des voix, mais aussi des lieux. La mémoire perceptive, qui s’active inconsciemment, permet de réaliser d’autres tâches ou activités en même temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *